DANSE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL (DUM)


Crédit photo : Cyrille Chidiac






Billetterie

Vous pouvez vous procurer vos billets en cliquant sur le timbre ci-dessus,
par téléphone au 514-343-6524
ou en personne en vous présentant au local C-2524 du Pavillon J,-A.-DeSève, 2332 boul Edouard-Montpetit

La billetterie sera ouverte jusqu'à 15h le vendredi 31 mars.


 

Spectacle de danse contemporaine


Promis, demain je démissionne
Une chorégraphie de Philippe Dandonneau avec la collaboration des interprètes


En première partie du spectacle :
Synapse, l'atelier de création en danse contemporaine présente
Ça peut être tout, ça peut être rien
une chorégraphie de Sarah Dell'Ava avec la collaboration des interprètes


Vendredi 31 mars à 20h
Samedi 1 avril à 14h et 20h

Centre d'essai
Pavillon J.-A.-DeSève
2332 boul. Édouard-Montpetit, 6e étage
Métro Édouard-Montpetit ou autobus 51

DUM

(Crédit photos : Cyrille Chidiac)

Danse université de Montréal (DUM) présente

Promis, demain je démissionne

Une chorégraphie de Philippe Dandonneau avec la collaboration des interprètes.

Promis, demain je démissionne est une pièce qui s'inspire de l'aspect machinal, robotique et routinier du travail. Cette aliénation de la répétition, qui nous fait obéir contre notre gré pour répondre uniquement à une obligation financière, tue notre véritable plaisir et notre âme.

Entre l'envie de liberté et la contrainte, le plaisir versus la responsabilité, le désir qui se fracasse à la réalité de la société... L'humain se fond à son métier, quitte à y perdre sa santé mentale et physique.

Promis, demain je démissionne est une oeuvre sur la mort des idéaux, la défaite de l'ambition et la perte de confiance en sa propre valeur. Confiné dans son rôle mécanique, telle une coquille vide, l'humain peut-il se rebeller pour s'affranchir de sa piètre existence ?

Création

Diplômé du département de danse de l'UQÀM, Philippe Dandonneau trace sa voie en tant qu'interprète et chorégraphe depuis quelques années. Il a créé plusieurs oeuvres, dont les pièces Son of a gun, Happy Birthday Mr. Prozac, BLEACH, Défonce la porte; elle reviendra dans ta face, récipiendaire du prix Coup de coeur du public au Festival Quartiers Danses, ainsi que Crématorium qui ont été présentées dans différentes salles et évènements à Montréal et Toronto. Il présentait dernièrement au théâtre La Chapelle sa dernière pièce J'ai rasé mes jambes six fois and no sex happened. En tant qu'interprète, Philippe collabore également aux projets d'artistes émergents tels que Geneviève Lauzon, Philippe Dumaine et Geneviève Jean Bindley. Sa gestuelle brute, physique, dynamique, sensuelle et explosive s'inspire de la culture populaire pour exposer les travers de la société.

Philippe signe sa première chorégraphie avec la troupe Danse Université de Montréal.

Costumes : Les interprètes
Montage musical : Antoine Pelletier
Répétitrice : Marijoe Foucher

Distribution

Les interprètes :
Marion Boulanger, Sophie Daigle, Sofia El Iraki, Ophélie Houdusse, Sandra Lafortune, Sophie Lallier, Elise Landry, Camélia Letendre, Julien Oberson, Féroë Pontay, Sarah-Jeanne Rajotte-Julien, Thaina Rosinville et Andréanne Savard

Bande-annonce



Synapse | Création | Distribution
(Crédit photo : Paula Martinez)

Synapse, l'atelier de création en danse contemporaine présente

Ça peut être tout, ça peut être rien

Une chorégraphie de Sarah Dell'Ava avec la collaboration des interprètes.

Je ne sais pas, ça peut être tout, ça peut être rien. Il peut y avoir une personne. Il peut y avoir 2575 personnes. On s'en fout. La liberté commence avec une personne et puis on a beau ajouter du fla-fla, des gens, des couleurs et des djembés représentant la « liberté », elle n'est pas d'une liberté plus prononcée et fracassante que cette personne seule qui pour un geste, le plus simple - peut être un mouvement de son doigt - exprime cette liberté. CLAC. Voilà. Liberté. Quand elle est, elle est tout simplement. Un mouvement du fond du ventre, un relâchement quelque part, un circuit se tend jusqu'au doigt - et le doigt remue. CLAC. Voilà. Ensuite on célèbre, on sort la couleur et les djembés. « Liberté ». Pourquoi pas. Pourquoi ne pas se baigner dans ce qui est bon. Le moment crucial est le CLAC qui rend libre.


- Emilie Dubé-Royer, pour Synapse

Soyez de la distribution

La troupe Danse Université de Montréal (DUM) recrute ses interprètes chaque année au mois de septembre.

Vivez la scène étudiante!

À L'AFFICHE PROCHAINEMENT
Théâtre
Motel de passage
Musique
Auditions | Ensembles de jazz