CINÉ-CAMPUS


Billets et tarification


Vale la pena


Durée : 45 min.
Format : DVD
V.o. espagnol et français avec s.t-f.
Argentine, Québec 2010.


 
- Prix Forces AVENIR - Volet universitaire, Arts, lettres et culture, 2011

Vale la pena


Documentaire sur les recuperadas d'Argentine... 10 ans plus tard
Dans le cadre de la Semaine interculturelle


La projection sera suivie d'une discussion avec l'équipe des étudiants réalisateurs :

Mathieu-David Crépin
Baccalauréat en communication, UQAM

Cynthia Falaise
Baccalauréat en droit international et relations internationales, UQAM

Mathilde Grégroire-Valentini
Baccalauréat en droit, UdeM

Fedora Mathieu
Baccalauréat en droit, UdeM



Centre d'essai
Pavillon J.-A.-DeSève
2332 boul. Édouard-Montpetit, 6e étage
Métro Édouard-Montpetit ou autobus 51

Synopsis et notes

En 2001, l'Argentine sombre dans une crise économique sans précédent. Dès lors, de nombreux mouvements voient le jour au pays, dont celui des occupations d'usines. Les travailleurs décidés à ne pas laisser leurs usines fermer choisissent de reprendre la production et de les gérer sous forme de coopérative. Dix années après les débuts du mouvement, les entreprises récupérées se divisent : certaines militent au niveau national pour une révolution politique, alors que d'autres s'orientent vers une neutralité politique et un intérêt pour la productivité de ces entreprises occupées.

Vale la pena met en parallèle ces deux orientations bien distinctes et qui, à travers une incursion dans le monde des ouvriers de Zanon, une usine emblématique du mouvement aborde la question de la lutte ouvrière. Il traite entre autres des thèmes de réflexions tels que: la capacité des travailleurs à s'autogérer, les répercussions politiques engendrées par l'action des travailleurs sans patrons, la remise en question de la place de la propriété privée et du patronat au sein de nos sociétés par rapport à celle des droits des travailleurs et une alternative au modèle traditionnel d'exploitation des moyens de productions est décrite. En somme, les ouvriers des recuperadas, porteurs de réels changements dans leur société, sont présentés comme des éveilleurs de consciences. De fait, les travailleurs de Zanon seront suivis par l'équipe durant les jours précédant l'expropriation de leur ancien patron par la législature provinciale.

Par ce documentaire, les réalisateurs espèrent montrer qu'une prise en charge collective est réalisable et que l'action politique a des répercussions concrètes sur la vie en société.

L'équipe

Réalisation et production
Mathieu-David Crépin
Cynthia Falaise
Mathilde Grégroire Valentini
Fedora Mathieu

Direction de la photographie
Mathieu-David Crépin

Assistance au montage image
Mathilde Grégroire Valentini et Fedora Mathieu

Montage image
Mathieu-David Crépin et Cynthia Falaise

Prise de son et perche
Cynthia Falaise, Mathilde Grégroire-Valentini, Joany L'Écuyer-Noiseux, Fedora Mathieu

Montage sonore
Simon Gervais

Semaine interculturelle | Nos partenaires


CISM 89,3... la trame sonore de vos soirées ciné.


À L'AFFICHE PROCHAINEMENT
Multidisciplinaire
Inscription | Ateliers de printemps 2019