THÉÂTRE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL (TUM)



Crédit photo : Alvina Margot


 

L'Aquarium


[Ce que j'aurais vraiment voulu lui dire, avant que le monde s'écrase.]

Texte d'Olivier Sylvestre
Mise en scène de Catherine Cédilot et Olivier Sylvestre



Pour voir les photos de l'événement, cliquez ici!



Centre d'essai
Pavillon J.-A.-DeSève
2332 boul. Édouard-Montpetit, 6e étage
Métro Édouard-Montpetit ou autobus 51

L'Aquarium

L'Aquarium met en scène, de façon chorale, des adolescents prisonniers d'un autobus et de leur condition, dans l'attente d'arriver à ce lieu dont ils semblent s'éloigner de plus en plus au fil du récit. On ne saura jamais ce qui empêche l'autobus d'avancer : un carambolage majeur, une panne d'essence, un cataclysme qui a détruit l'autoroute. Le chauffeur est absent, les panneaux indicateurs sont flous, la température augmente et on se questionne sur l'amour, l'amitié, le sens de la vie, la mort.

Distribution

 

Mise en scène

Cette pièce, dirigée par deux metteurs en scène, vous fera vivre une chaîne d'amour à sens unique qui prendra forme sous vos yeux, pendant que chaque personnage tente de camoufler ses véritables pensées par des paroles creuses proférées à son voisin ou à toute la galerie.

Catherine Cédilot
Catherine Cédilot affine sa démarche autodidacte d'actrice et de performeure depuis dix ans maintenant, dans un travail de dramaturgie du corps et de l'image, notamment par le moyen du butô et du clown. Elle a l'habitude d'affronter le néant dans ses créations corporelles, notamment dans le cadre de la résidence qu'elle réalise actuellement dans les murs du Théâtre Aux Écuries, avec ses dix performances J'arrive en morceaux dans dix valises, courtes créations chorégraphiques instantanées à partir d'un texte de Guillaume-Van Roberge. À travers sa démarche, Catherine veut explorer les silences et le décalage entre le corps et les mots, les états de corps pleins et vides, la charge de mots importants ou anodins et son impact sur le mouvement. Le mot objet, le corps objet, le tableau visuel, l'action poétique et antipoétique, le beau et le laid, l'un dans l'autre, sont autant d'images qui guident ses oeuvres.
L'Aquarium est sa première mise en scène au TUM

Olivier Sylvestre
Olivier Sylvestre, après avoir participé pendant cinq ans aux productions du TUM, obtient un diplôme en écriture dramatique à l'École nationale de théâtre. Il est membre du conseil d'administration de Posthume, compagnie au sein de laquelle il a mis en scène à l'automne 2011 le Facteur TUM II, spectacle de la rentrée du TUM, La fin des cornichons. Parallèlement à ses activités d'écriture, Olivier anime un atelier de théâtre au Centre Dollard-Cormier auprès de personnes ayant une problématique de dépendance, avec lesquels il travaille présentement à la production d'une création collective. Il a également dirigé ses acteurs dans la mise en lecture de sa pièce La fabrication de l'amour à l'été 2012 dans le cadre du Festival Zone HOMA. Les thèmes de l'enfermement, de l'incapacité à dire son état alors que le temps nous échappe, de l'urgence de l'amour qui peut nous sauver du néant, de la nécessité d'une révolution, parsèment et inondent son oeuvre.
L'Aquarium est sa première mise en scène au TUM

Bande-annonce

Équipe de production

Scénographie: Véronique Poirier
Conception éclairage : Jérémie Dalpé
Régie Son : Maxime Privé

Théâtre Université de Montréal (TUM)

Parce que le théâtre universitaire symbolise le dynamisme des étudiants et de la vie sur le campus, les Activités culturelles des SAE sont fières de présenter, avec L'Aquarium, la quatrième production de la saison 2013-2014 du TUM, qui permet à plus de cinquante étudiants de vivre une expérience de théâtre sous la direction de metteurs en scène professionnels.

Soyez de la distribution

La troupe Théâtre Université de Montréal (TUM) recrute ses interprètes chaque année au mois de septembre.
Auditions - Théâtre Université de Montréal (TUM)

À L'AFFICHE PROCHAINEMENT
Multidisciplinaire
Inscription | Ateliers de printemps 2019